Point saillants : Maladie de Lyme

Dernière mise à jour le July 12, 2018

Les Points saillants du CCNMI offrent aux praticiens et aux cliniciens canadiens en santé publique des revues actualisées sur les renseignements essentiels liés aux maladies infectieuses importantes de manière à ce qu’ils servent à la pratique en santé publique au Canada. Bien qu’ils ne soient pas des examens officiels de la littérature, les renseignements sont puisés de sources clés, y compris l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les documents à comité de lecture.

Nous acceptons volontiers vos questions, commentaires et suggestions concernant le présent bulletin et vous pouvez nous les envoyer à l’adresse suivante : Sheikh.Qadar@umanitoba.ca.

Quelles sont les caractéristiques importantes de la maladie de Lyme?

Cause :

La maladie de Lyme est une infection bactérienne causée par Borrelia burgdorferi. Elle est transmise par les piqûres de tiques infectées. Les tiques s’attachent à n’importe quelle partie du corps humain, mais elles sont souvent difficiles à détecter. Dans la plupart des cas, la tique doit être attachée pendant au moins 24 heures avant que la maladie de Lyme ne puisse être transmise.

La plupart des humains sont infectés par les piqûres de tiques immatures appelées nymphes. Les nymphes sont petites (moins de 2 mm).

Gouvernement du Canada – Causes de la maladie de Lyme

Signes et symptômes :

Période d’incubation : De 3 à 30 jours après la morsure de la tique.

Les signes et les symptômes précoces comprennent une éruption cutanée, ayant parfois l’aspect d’une cible (érythème migrateur), de la fièvre, des frissons, des maux de tête, de la fatigue, des douleurs musculaires et articulaires et l’enflure des ganglions lymphatiques.

En l’absence de traitement, les symptômes graves comprennent des maux de tête sévères, une paralysie faciale (paralysie de Bell), des douleurs musculaires, des os, des articulations et des tendons, des troubles cardiaques et des troubles neurologiques.

Gouvernement du Canada – Symptômes de la maladie de Lyme

CDC – Maladie de Lyme – Signes et symptômes de la maladie de Lyme non traitée (en anglais)

Manifestations cliniques :

Habituellement, les symptômes apparaissent en trois stades.

  1. Stade localisé précoce de la maladie (moins d’un mois) – les symptômes incluent la fièvre, des douleurs articulaires, une myalgie, des maux de tête, la présence d’une seule lésion cutanée localisée, appelée érythème migrant (EM).
  2. Stade disséminé précoce de la maladie (moins de trois mois) – des symptômes tels que la fatigue et une faiblesse générale, des signes cutanés, des complications cardiaques incluant bloc auriculo-ventriculaire, tachyarythmie, myopéricardite et dysfonction myocardique. Les symptômes neurologiques sont la méningite aseptique, la radiculopathie, l’encéphalopathie, la neuropathie crânienne (en particulier la paralysie du nerf facial), la monomeutite multiplexe, les difficultés cognitives subtiles, la radiculoneuropathie motrice et sensorielle. L’uvéite, la kératite, la conjonctivite, l’hépatite légère et la splénomégalie comptent parmi d’autres manifestations.
  3. Stade disséminé tardif de la maladie (plus de 3 mois) – si la maladie n’est pas traitée, elle peut durer des mois et même des années. Des symptômes musculo-squelettiques peuvent se développer tels qu’un kyste de Baker, de l’arthrite chronique, de l’arthrite oligoarticulaire asymétrique (touche habituellement les genoux), de l’arthrite passagère et migratrice et un épanchement dans une ou plusieurs articulations. Parmi les symptômes neurologiques, on observe : encéphalopathie légère subaiguë touchant la mémoire et la concentration, polyneuropathie axonale chronique légère se manifestant comme une paresthésie distale, une douleur radiculaire (moins fréquente), et rarement une encéphalomyélite et une leucoencéphalopathie.

Gouvernement du Canada – Pour les professionnels de la santé : Manifestations cliniques

Santé Alberta – La maladie de Lyme et la surveillance des tiques en Alberta – Diagnostic et essais en laboratoire (en anglais)

Nouveau-Brunswick – Bureau du médecin-hygiéniste en chef (Santé publique) – Maladie de Lyme – courte référence à l’intention des cliniciens du Nouveau-Brunswick – Manifestations cliniques

Tests de laboratoire :

On recommande de faire des tests sérologiques à deux volets pour déterminer la présence d’anticorps contre la bactérie responsable de la maladie de Lyme.

  1. un test de dépistage par essai immunoenzymatique (EIA)
  2. un test de confirmation par immunoblot (IB) (si l’EIA est positif ou équivoque)

Chez les patients présentant la maladie depuis plus d’un mois, seule l’analyse IgG doit être effectuée (et non l’analyse IgM).

Les analyses sérologiques ne doivent pas être utilisées en tant que « test de contrôle post-traitement » et ne peuvent pas être utilisées pour mesurer la réaction au traitement.

[title] Tests en deux volets pour la maladie de Lyme

Premier test                                                                                                                 Deuxième test

Test de dépistage par essai immunoenzymatique (EIA)                                             IgM et IgG

OU                                                                                                                                      Western Blot

Test d’immunofluorescence                                                                                           IgG Western SEULEMEMENT

Résultat positif ou équivoque

Résultat négatif

Envisager un autre diagnostic

OU

Si les symptômes et les signes sont ceux de la maladie de Lyme pendant moins de 30 jours, envisager un sérum de convalescence

Signes et symptômes < 30 jours
Western Blot

Signes et symptômes > 30 jours

Gouvernement du Canada – Pour les professionnels de la santé : Analyses en laboratoire

Nouveau-Brunswick – Bureau du médecin-hygiéniste en chef (Santé publique) – Maladie de Lyme – courte référence à l’intention des cliniciens du Nouveau-Brunswick – Le diagnostic et l’analyse

CDC – Maladie de Lyme – Diagnostic et dépistage – Processus d’essai en laboratoire en deux étapes (en anglais)

Traitement :

Les lignes directrices de traitement pour la maladie de Lyme localisée (précoce) sont les suivantes (source : Gouvernement du Canada – Pour les professionnels de la santé  Traitement de la maladie de Lyme) :

Important :

La doxycycline est contre-indiquée chez les enfants de moins de 8 ans et chez les femmes enceintes ou qui allaitent; dans ce cas, le médicament de choix est l’amoxicilline.

Dans les cas où ces médicaments ne sont pas indiqués, il est recommandé aux patients d’utiliser du macrolide (azithromycine, érythromycine, clarithromycine).

Gouvernement du Canada – Pour les professionnels de la santé : Traitement

Prévention :

La meilleure stratégie de prévention consiste à se protéger contre les piqûres de tiques, car il n’existe actuellement aucun vaccin humain contre la maladie de Lyme.

La maladie de Lyme n’est pas une maladie contagieuse, cependant, les personnes atteintes de la maladie active ne doivent pas donner de sang, car il s’agit d’un mode de transmission.

Gouvernement du Canada – Prévention de la maladie de Lyme

Gouvernement du Canada – Pour les professionnels de la santé : Prévention

Gouvernement du Canada – Trousse d’outils pour la prévention de la maladie de Lyme

Colombie-Britannique – Health Link BC – Prévention de la maladie de Lyme (en anglais)

Nouvelle-Écosse – Prévention et contrôle des maladies transmissibles – Maladie de Lyme (en anglais)

Haut de page 

Quel est l’état de la situation actuelle en lien avec les éclosions de la maladie de Lyme?

En 2017, plus de 1 400 cas ont été signalés partout au Canada, dont 987 en Ontario, incluant 78 à Toronto.

The Star – Lyme disease cases hit record high across Canada as tick population expand  (en anglais)

Les statistiques du gouvernement du Canada ci-dessous indiquent une augmentation des cas déclarés au cours de la période de huit ans de 2009 à 2016.

            

TRANSLATION [Cas de maladie de Lyme déclarés entre 2009 et 2016 au Canada]

Gouvernement du Canada – Surveillance de la maladie de Lyme

La carte ci-dessous montre les régions où il y a un risque de piqûres de tiques et de la maladie de Lyme, et on les appelle les « zones à risque ».

TRANSLATION [Région à risque]

Gouvernement du Canada – Risque de maladie de Lyme chez les Canadiens

Ontario

Les cas ont plus que doublé en une année seulement. En 2017, 987 cas de maladie de Lyme ont été déclarés dans la province, contre seulement 388 en 2016.

Récemment, Santé publique Ontario a publié une carte des zones à risque estimées (communautés géographiques) pour 2018 pour aider les bureaux de santé publique locaux à mener des enquêtes sur les cas de la maladie de Lyme.

The Star – Lyme disease cases hit record high across Canada as tick population expand [Les cas de maladie de Lyme atteignent un sommet partout au Canada avec l’expansion de la population de tiques]

Santé publique Ontario – Carte des zones considérées à risque en Ontario pour la maladie de Lyme en 2018 (en anglais)

Manitoba

En 2017, environ 43 cas confirmés et probables ont été déclarés, contre 52 en 2016 et 37 en 2014.

Manitoba Santé, Aînés et Vie active – Infections transmises par les tiques au Manitoba – Maladie de Lyme (en anglais)

Epi Report – Rapport annuel du Manitoba sur la maladie à tiques – 2016 – Maladie de Lyme (en anglais)

Nouvelle-Écosse

En Nouvelle-Écosse, il y a eu recrudescence des cas déclarés de maladie de Lyme, et le nombre est passé de 247 en 2015 à 326 en 2016.

Nouvelle-Écosse – Prévention et contrôle des maladies transmissibles – Maladie de Lyme

Nouvelle-Écosse – Maladies à déclaration obligatoire en Nouvelle-Écosse – Rapport de surveillance 2016 (en anglais)

Nouveau-Brunswick

En 2016, environ huit cas de maladie de Lyme confirmés en laboratoire ont été signalés.

CBC News – High-risk areas for Lyme disease expand to include Moncton [Les régions à risque élevé de la maladie de Lyme s’étendent jusqu’à Moncton]

Alberta

En Alberta, 14 et 10 cas de maladie de Lyme ont été signalés au cours des années 2015 et 2016, respectivement. Tous les cas ont été acquis dans d’autres provinces où la maladie est prévalente.

Santé Alberta – La maladie de Lyme et la surveillance des tiques en Alberta – Cas de la maladie de Lyme en Alberta

Colombie-Britannique

Selon le Center for Disease Control de la Colombie-Britannique, les cas de maladie de Lyme ont doublé en Colombie-Britannique, passant de 21 cas déclarés en 2015 à 40 cas déclarés en 2016.

Centre for Disease Control de la Colombie-Britannique – Tableau de bord des maladies à signaler (en anglais)

 

Haut de page 

Quel est le niveau de risque actuel de la maladie de Lyme pour les Canadiens?

Par temps chaud (au printemps et en été), le risque de contracter la maladie de Lyme est très élevé dans le sud du Canada et surtout lors d’activités de plein air comme le golf, la chasse, le camping, la pêche et la randonnée pédestre. Les données de surveillance indiquent que les tiques à pattes noires se répandent dans l’est et le centre du Canada.

Gouvernement du Canada – Risque de maladie de Lyme chez les Canadiens

Haut de page 

Quelles mesures devrait-on prendre pour un cas suspect de maladie de Lyme ou un contact?

Gestion des cas et des contacts :

Le gouvernement du Canada a élaboré de brèves lignes directrices pour aider les fournisseurs de soins de santé à gérer et à traiter l’infection à la maladie de Lyme. On y retrouve les signes, les symptômes, le diagnostic, les tests de laboratoire, la surveillance, la prophylaxie et le traitement.

Gouvernement du Canada – Pour les professionnels de la santé – Maladie de Lyme

Santé publique Ontario a collaboré avec d’autres unités de santé publique et l’Agence de la santé publique du Canada pour élaborer un guide d’accompagnement sur les outils de gestion des cas de la maladie de Lyme dans lequel figurent les lieux d’exposition, fournir des conseils sur les cas, aider à la gestion des maladies, obtenir les éléments de données requis concernant les cas en vertu de la loi sur la protection et la promotion de la santé et simplifier la documentation des enquêtes.

Santé publique Ontario – Rapport technique sur la prévention et le contrôle de la maladie de Lyme (en anglais)

Définitions de cas :

Le gouvernement du Canada a élaboré une définition de cas de la maladie de Lyme en 2016 pour les cas confirmés, les cas probables et les preuves cliniques. Depuis 2009, la maladie de Lyme est une maladie à déclaration obligatoire à l’échelle nationale.

Gouvernement du Canada – Définition de cas de maladie de Lyme 2016

CCNMI – Maladie de Lyme (en anglais)

En mars 2017, le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario a publié les définitions de cas provinciales pour la maladie de Lyme.

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario – Définitions de cas provinciales pour la maladie de Lyme (en anglais)

Manitoba Santé, Aînées et Vie active –Epi Report – Rapport annuel 2016 sur les maladies transmises par les tiques (en anglais)

Centre for Disease Control de la Colombie-Britannique – Tableau de bord sur les maladies à signaler (en anglais)

Prévention et contrôle de l’infection

Le gouvernement du Canada et les autorités provinciales ont élaboré des lignes directrices pour prévenir l’infection par la maladie de Lyme.

Gouvernement du Canada – Pour les professionnels de la santé – Maladie de Lyme

Gouvernement du Canada – Prévention de la maladie de Lyme

Ontario – Protocole concernant les maladies infectieuses – Chapitres sur les maladies en particulier – Maladie de Lyme

Haut de page