Une étude des pratiques de rechange à l’utilisation des antimicrobiens dans le contrôle des maladies des parcs d’engraissement commerciaux

Résumé de la publication

La présente étude a deux buts : a) de fournir un aperçu de l’industrie des parcs d’engraissement modernes en Amérique du Nord de sorte à fournir un contexte et b) d’effectuer une recherche de la documentation scientifique dans le but de relever les pratiques de rechange à l’utilisation des antimicrobiens dans le contrôle des maladies au sein de cette même industrie. Un postulat de base de l’étude a été que la réduction de l’utilisation des antimicrobiens entraînerait une réduction du développement possible des bactéries résistantes aux antimicrobiens et de leur persistance dans le contexte d’un parc d’engraissement. Pour réduire l’utilisation des antimicrobiens avec le plus grand degré d’efficacité dans le parc, on doit trouver d’autres moyens de prévention ou de gestion efficaces de la pneumonie bactérienne chez les veaux (souvent la raison principale de l’utilisation des antimicrobiens) au moment de leur arrivée au parc, aussi bien que d’autres maladies provoquées par des bactéries, y compris les abcès du foie. Une question clé de l’étude a été : Existe-t-il des pratiques de gestion qui n’incluent pas l’administration d’antimicrobiens et qui réduisent l’incidence de maladie ou de mortalité liée à la pneumonie, notamment chez les veaux à risque élevé des parcs d’engraissement? Une recherche des pratiques de gestion qui réduisent l’incidence d’abcès du foie chez le bétail de parc, mais qui ne dépendent pas de l’utilisation subthérapeutique d’antimicrobiens ou des aliments médicamentés, a aussi été effectuée.