Introduction

Ces derniers temps, nous avons traité du sujet de la santé des réfugiés. Nous allons faire une pause momentanément et tourner notre attention vers la tuberculose. En février dernier, la ville de Vancouver a accueilli des centaines de spécialistes de cette maladie. Il s’agissait d’une rencontre organisée par l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires, en particulier de la Région de l’Amérique du Nord.

Publication : 2017

Sujets :

Auteur(s) :

IQ9 : Les priorités mises de l’avant pendant la conférence End TB 2017

Ne pas voir l’audio?
ÉCOUTER ICI


TRANSCRIPTION

Rick Harp : Bienvenue à « Infections en questions », une série de balados sur la santé publique réalisée par le Centre de collaboration nationale des maladies infectieuses. Bonjour, je m’appelle Rick Harp.

Ces derniers temps, nous avons traité du sujet de la santé des réfugiés. Nous allons faire une pause momentanément et tourner notre attention vers la tuberculose. En février dernier, la ville de Vancouver a accueilli des centaines de spécialistes de cette maladie. Shivoan Balakumar, l’un de nos gestionnaires de projet, se joint à moi aujourd’hui pour nous expliquer les raisons qui ont motivé la tenue d’un congrès sur le sujet. Bonjour, Shivoan.

Shivoan Balakumar : Bonjour.

Harp : Parlez-moi de cet événement intitulé End TB 2017.

Balakumar : Eh bien, il s’agissait d’une rencontre organisée par l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires, en particulier de la Région de l’Amérique du Nord. Différents thèmes ont été abordés, notamment la tuberculose dans les communautés isolées, nordiques et inuits, l’immigration et la migration, et les nouvelles technologies.

Harp : Pouvez-vous nous dire qui a assisté au congrès et d’où venaient les délégués?

Balakumar : Un large éventail de personnes étaient présentes. Des infirmières spécialisées, des spécialistes des maladies infectieuses et des scientifiques, ainsi que des chercheurs et des étudiants actifs dans le domaine des programmes de lutte contre la tuberculose.

Harp : Je sais que la rencontre visait entre autres à sonder les intervenants sur leurs priorités en cette matière. Qu’est-ce que vous avez appris à ce sujet?

Balakumar : J’ai recueilli des réponses intéressantes, à commencer par Deborah Van Dyk, une infirmière de santé publique qui s’est rendue à Vancouver pour y présenter un projet mis sur pied au Nunavut, appelé le Taima TB Youth Education Initiative.

Les délégués :

[Deborah Van Dyk]

Nos grandes priorités… Selon moi, la tuberculose chez les groupes autochtones devrait figurer au sommet des priorités, car il faudrait réduire son incidence dans une population où les inégalités en matière d’accès à la santé sont nombreuses.

Lee Reichman, conseiller principal à la New Jersey Medical School Global Tuberculosis Institute à l’Université Rutgers, au New Jersey.

Prise de conscience : je veux dire par là que notre milieu sait qu’il s’agit d’un problème mondial et d’un problème qui concerne aussi, même s’il est moins répandu, l’Amérique du Nord et très certainement le Canada, les populations autochtones en particulier. Il faut être conscient que peu importe où l’on se trouve, un seul cas de tuberculose peut avoir des répercussions sur n’importe qui, puisqu’il s’agit une maladie infectieuse. L’une des choses que je trouve formidables à propos de ce congrès en particulier, c’est l’occasion de découvrir de nouvelles technologies et des examens diagnostiques dont on n’aurait jamais pu imaginer l’existence il y a une dizaine d’années. Ces progrès se traduisent par des traitements et des mesures de prévention qui pourraient faire toute une différence. Mais tout cela exige de l’argent et les gouvernements répugnent à l’idée d’en dépenser, en particulier lorsqu’il s’agit des gens pauvres et des groupes minoritaires. C’est ça la perception, que la tuberculose sévit dans ces groupes-là. Or elle peut frapper n’importe qui, n’importe où.

Mon nom est Hugo et je réside à Vancouver. Je travaille au Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique en tant qu’infirmier-conseil.

Ce qui m’intéresse vraiment, c’est de savoir comment on peut faire pour aider nos patients ou encore… pour obtenir des résultats chez ces derniers. Comment les amener à se prendre en main et à se mobiliser? Je m’intéresse aussi à la question de la gouvernance, des orientations et du leadership. C’est le gouvernement fédéral qui doit donner l’impulsion nécessaire pour former un front commun plus unifié en matière de gestion de la tuberculose au Canada. Nous avons besoin d’une seule stratégie nationale, plutôt que de treize; le système est fragmenté en ce moment. Vous savez, dans un pays doté de tant de ressources, où le fardeau de la maladie est faible, nous restons là immobiles, comme certains le disent, dans notre tour d’ivoire et nous n’arrivons pas à nous fédérer. Je suis un nouveau venu dans le domaine, mais j’aimerais bien trouver un moyen de mettre en commun nos forces. Comment pourrions-nous unir nos efforts, au lieu de faire double emploi?

Abdul Yussein. Je présente une affiche portant sur l’examen médical réglementaire de l’immigration; j’ai essayé de cerner les facteurs qu’on pourrait éventuellement modifier afin d’améliorer le processus.

Je ne connais qu’une ou deux personnes ici, mais ma présence m’aura certainement permis d’élargir mon réseau en Colombie-Britannique et au CCMCB en particulier. Je salue leur intérêt pour la santé des migrants et le dépistage de la tuberculose.

Je m’appelle Lisa Armitage. J’habite à Houston, au Texas. Je suis l’une des organisatrices de la conférence cette année.

Le grand problème qui nous préoccupe tous, à mon avis, c’est qu’un million de personnes meurent chaque année de la tuberculose. Nous disposons de médicaments, de traitements et de tests, mais nous n’avons pas la volonté nécessaire pour faire avancer les choses et donner ce qu’il faut aux gens qui en ont besoin. On a beau avoir tous les tests diagnostiques au monde, se réunir et discuter des tests qu’il nous faudrait… Bien entendu, nous avons besoin de nouveaux médicaments et de tests, mais la vérité, c’est que les gens qui meurent de la tuberculose aujourd’hui n’ont même pas accès aux moyens qui existent déjà. Nous sommes aussi en train de nous rendre compte que certains médicaments ont des défauts. Les tests en ont aussi, mais nous ne parvenons même pas à atteindre les gens qui ont réellement besoin de nous. C’est ce que je retiendrai de ce congrès.

Balakumar : Voilà, Rick. C’était là un échantillon des réponses à ma question sur les priorités mises de l’avant pendant la conférence End TB 2017.

Harp : Une très bonne entrée en matière. De quoi traiterons-nous dans les prochains épisodes sur le sujet?

Balakumar : Nous allons vous présenter un certain nombre des entretiens que j’ai tenus avec quelques experts à partir des questions que nous ont fait parvenir des praticiens en santé publique partout au Canada.

Harp : Voilà qui promet d’être très intéressant. Merci, Shivoan.

Balakumar : Merci, Rick.

Harp : Et merci à nos auditeurs d’avoir écouté notre balado « Infections en questions », une production du Centre de collaboration nationale des maladies infectieuses. La production de cette balado a été rendue possible grâce à une contribution financière de l’Agence de la santé publique du Canada. Veuillez noter que les points de vue exprimés ici ne reflètent pas nécessairement ceux de l’Agence. L’Université du Manitoba est l’organisation d’accueil du CCNMI. Pour en savoir plus, consultez ccnmi.ca.